lundi 15 octobre 2018

LA PETITE HISTOIRE DU SPIT EN BELGIQUE


La petite histoire du spit en Belgique
                  
   (Comment placer un "spit" manuellement)

Offert et créé par mon ami JM Finet, le trophée (Spit-Boy) spit de 28mm.


En comparaison, le Spit de 8mm est minuscule




Dès les années 70, que ce soit en spéléo ou l’escalade c’est l’hégémonie du « Spit » on en place partout parfois à outrance et pas toujours correctement.

Au début, Spit était la seule marque à vendre des chevilles autoforeuses. 


Son nom deviendra universel et s’étendra pratiquement à toutes les chevilles similaires, elle prendra une place incontournable dans notre jargon, avec notamment le terme "SPITER"

Durant de nombreuses années, on utilisera des Spits de 8mm munis de plaquettes Petzl coudées ou vrillées et aussi des artisanales pour les moins nantis.

Progressivement, les grimpeurs les remplaceront par des spit de 10 mm équipé de leurs plaquettes cœur inox, un must.

Aujourd’hui, la plupart de nos massifs, sont équipés sur broches, il reste encore bon nombre de voies équipées de spits de 8 et 10 mm et des pitons en alternance mais, de plus en plus, ce sont les broches que l’on privilégie à juste titre comme ancrages à demeure.

On  utilise encore les expansions, en terrain d’aventure, en montagne et lors de première notamment et lorsqu’il est impossible de planter un piton ou placer des coinceurs.

La cheville est en acier trempé, son diamètre est de 12mm.
Sa résistance en traction est de 18 kN, sa résistance au cisaillement de16 kN
La plaquette est fixée avec une vis de 8mm - résistance 8.8 marqué sur la tête de la vis.

Il existe deux sortes de chevilles, la première auto- foreuse est pourvue à son extrémité de « dents » 


Cliquez pour agrandir


la pose se fait manuellement au tamponnoir. 



On peut aussi utiliser une foreuse (perforateur pour nos amis Français) dans ce cas, il est obligatoire de terminer le forage du trou avec le spit, pour avoir un fond absolument plat, afin que l’expansion soit parfaite.

La seconde (Spitinox) n’est pas autoforante, sans « dents »
elle se place à la foreuse, c’est la même que la cheville classique mais, fabriquée entièrement en inox de plus, l’expansion est assurée même si le fond du trou n’est pas plat mais conique. 

 

Comment placer un "spit" manuellement (Cheville autoforeuse)

Comme pour les broches, sonder au marteau l’emplacement prévu. Selon la qualité de la roche et si nécessaire, enlever la croûte superficielle de la roche.

Visser le Spit bien à fond sur le tamponnoir.
On commence le tamponnage en donnant des petits coups de marteau afin de ne pas « éclater » la roche et ébrécher le bord du trou, après 5mm, vous pouvez y allez plus franchement.

Tourner sans cesse le tamponnoir et retirez le fréquemment en le tapotant pour enlever la poussière et en n’omettant pas de souffler le trou (sinon vous risqueriez que le spit se coince)

Avant d’engager le Spit, le trou doit être parfaitement propre, le souffler à la bouche où avec un tuyau en plastique flexible

Introduire le spit muni de son cône jusqu’à ce qu’il bute au fond du trou, et procéder à son expansion en l’enfonçant à coup de marteau.
Une fois en place, le Spit ne doit absolument pas déborder de son logement, mais être à ras du rocher.

Il ne vous reste plus qu’à visser votre plaquette.



                     LES GOUJONS

Le goujon que l’on fixe par serrage après avoir foré et nettoyé le trou.

Ensuite la plaquette est vissée sur la tige filetée.

Cliquez pour agrandir



Cheville long life inviolable en inox (fiable mais indémontable).


Les différents modèles de plaquettes

Les artisanales, il en existe une multitude selon l'inspiration de "l'artisan"
 



  
Ancien modèle Petzl vrillé et coudé  



"Nouveau" modèles vrillés


Coudés
Plat



 
Cœur 



 

Anneau soudé à proscrire



lundi 8 octobre 2018

ESCALADE UN SPORT A RISQUE….

ESCALADE UN SPORT A RISQUE !
COMMENT LES LIMITER AU MAXIMUM ?

EN JOUANT A LA BELOTE...


Visitez aussi:
https://echosrochassiers.blogspot.com/


Cliquez pour agrandir



Dans le dernier Ardennes & Alpes n° 197- 2018, on nous ressasse la vieille et sempiternelle rengaine de " Escalade, un sport à risques"

Comment les limiter au maximum"  Et ses règles n°1, 2 et 3, mais aussi quand crier relais, HILARANT !!! !! et patati patata… 



Je n'épiloguerais pas outre mesure, car je suis las et je ne suis pas le seul…
Comme je l'ai déjà fait  remarquer préalablement, l'auteur nous enfume avec ses palabres stériles, en prônant la "sécurité" Et ses recommandations,
  encore faut-il qu'il les applique lui même…


   Je vous remémore SA FAMEUSE LA REGLE D' "OR"  
    En réalité c'est " Faites ce que je dis, pas ce que je fais "

Dans l'Ardennes et Alpes n° 192 -2017, on pouvait en autres lire la longue, trop longue et peu convaincante missive relative aux "Test de Broches" et sa remarque finale " La règle d'Or "

Lors du "Cours animateur" du 21 mai 2017, on nous présente sur facebook (Qui je le rappelle est libre et s'adresse à tout public) une série de clichés pour le moins cocasses et très peu exemplaires de ce qu'il ne faut SURTOUT pas faire...

Notamment, "La règle d'or" à savoir : " NE JAMAIS SE FIER A UN SEUL POINT D'ANCRAGE "  La preuve en images...

Cliquez pour agrandir



On constate aussi, la corde passée directement dans les broches, la joyeuse équipe est pourtant bien fournie en dégaines, équipement digne d'aborder la face nord de l'Eiger... 


On remarque aussi que certains sont sans casque, pieds nus ou en tong... On me rétorquera sans doute, que ce ne sont que des "exercices" rigolos à quelques mètres du sol... Bref ! Je vous laisse apprécier... 


Haute technologie alpine du donneur de leçon...






Le nec plus ultra en matière de sécurité, les anneaux soudés suicides:

Toute soudure modifie une partie des caractéristiques physiques de l'élément principal. 

http://infos-escalade.blogspot.com/2018/05/normal-0-21-miseen-garde-sur-les.html




A ne SURTOUT pas manquer:

https://echosrochassiers.blogspot.com/2018/07/les-rochers-de-sy-cliquez-pour-agrandir.html

Mais aussi:
http://infos-escalade.blogspot.com/2018/06/blog-post.html

http://infos-escalade.blogspot.com/2018/06/laseptisation-de-nos-sites-naturels.html

jeudi 4 octobre 2018

LE TOIT DU HALLEUX


  L'Artif… Et si on en reparlait.

Quoi !! Cela se pratique encore aujourd'hui…? C'est pas vrai tu rigoles, j'entends d'ici les commentaires, sénile, ringard, etc…

Et pourtant, l'artif procure des sensations et des plaisirs certes différents de l'escalade libre, mais tout aussi réels.
Elle permet en outre de passer des obstacles infranchissables en libre.

La progression:

Elle est assez simple. En principe le grimpeur s'élève au moyen de petites échelles, l'étrier, en utilisant des points d'ancrages, pitons, broches, plaquettes, coinceurs et autres artifices tel les crochets ou encore un "copperhead" et/ou plomb.


Comme pour le libre, les cotations sont établies par ordre de difficulté croissante de A0 à A6
L'A0 est une progression dite "Tire-Clous" les points d'ancrage sont en place, il suffit de se tirer dessus.
l'A6 est un itinéraire ou aucun point ne résisterait à une chute, ils supportent uniquement le poids du grimpeur, pour autant que ce dernier ne gesticule pas de trop, vous l'aurez compris en A6, la moindre erreur n'est pas permise et la chute strictement exclue.
Pour le reste, je vous suggère de visiter ce lien ou vous saurez tout où presque…

https://www.camptocamp.org/articles/131454/fr/aide-topoguide-cotations-en-artif-escalade-artificielle

Ceci pour vous décrire, le Toit du Halleux susceptible d'intéresser l'amateur.

Il en existe d'autres, comme le renommé Toit du Monde à Freyr, s'il n'a pas été rééquipé, l'équipement sur pitons est vétuste.

Cliquez pour agrandir



Suces-Pandu à l'Anticlinal de Tilff, équipé sur broche cotation estimée 8b en libre, mais n'a toujours pas été libéré.



Le Toit à Bibiche à Lives-sur-Meuse, l'endroit reste potentiellement dangereux, notamment à cause de la mauvaise qualité de la roche constituée de strates, l'une d'entres elles c'est d'ailleurs effondrée, tôt où tard, d'autres pourraient suivre…



Spot or Die à la Tranchée à Ayeneux
Le Toit du Buffle à Bouvignes, interdit depuis 2013.



Le Puits-des-Vaux à Furfooz toujours "vierge"



                             

          LE TOIT DU HALLEUX

Cliquez pour agrandir



Situation et accès :
Liège-Comblain-au-Pont
IGN : 49/ 1-2
Coordonnées : X 239.625 Y 130.875


Sur la N 633 Comblain-au-Pont- Aywaille, 600 mètres avant le pont de Martinrive, entre la maison portant le n° 107 et le panneau routier Halleux- Comblain-au-Pont (emplacement de parking) Juste en face se frayer un passage entre les broussailles et monter au mieux les pentes raides d’éboulis qui aboutissent au plateau. Continuer par la droite puis entrer par la gauche directement dans la combe.

Cliquez pour agrandir

Description :
Orientée au nord, c’est une longue barre surplombante en bon calcaire, caractérisé par un grand toit d’environ 4 mètres d’avancée et d’une hauteur de 25 mètres. 


Ce toit est unique dans la région, complètement compact il est donc impossible d'utiliser des pitons, plomb, crochets ou autre quincaillerie du genre.

L’endroit est très calme, plutôt sauvage et relativement isolé, d’après d’aucun il n’est pas facile à trouver.

1 - Ni Tom Todi Nin Chal : 5c et A0 ( le surplomb est à libérer )
JM. Finet et J-C Vittoz juin 1987.


Rééquipé sur broches en avril 2005 par J-C Vittoz.


Départ commun avec PCLW, de la grande terrasse, escalader par la droite une dalle verticale jusqu’à une vire. ( relais facultatif) forcer un surplomb.

2 - Panique Chez les Woodlouses : Départ 4c/ 5a le toit A0+.
JM. Finet et J-C Vittoz juin 1987.

Rééquipé sur broches en  septembre 97 par J-L. Putz et J-C Vittoz.

Aujourd'hui, la voie est cotée A0+, puisque qu'elle est totalement équipée sur broche, lors de l'ouverture ce fut vous vous en doutez, une autre paire de manches…
Franchir le grand toit en son milieu, superbe ambiance, sortie du toit acrobatique.

Remarque :
Je ne pense pas que ce toit puisse être libéré mais, sait-on jamais... avis aux Martiens. Il est encore possible d’ouvrir plusieurs voies après un nettoyage.




davide Vitale



Posté le: 02 Juil 2009 12:59 pm    Sujet du message:



Plutôt physique le "bête tire-clous" j'ai déjà ma liste de médisants à qui conseiller l'affaire
et quelle ambiance nom de dieu
 

Accès : toléré



Ni Tom Todi Nin Chal




L'escalade est une activité " à risques" le participant non encadré par une personne compétente doit estimer lui-même les risques qu'il prend en s'engageant dans une voie et est donc seul responsable de sa propre sécurité.

D’office les grimpeurs déchargent le propriétaire du site et les équipeurs de toute responsabilité d’un éventuel accident et de ce qui pourrait résulter de la fréquentation du site et de la pratique de l’escalade

Comme dans l’ensemble de nos massifs, vous fréquentez l'endroit sous votre entière responsabilité.

le grimpeur autonome est seul responsable de sa propre sécurité, voire de celle des autres (mise en danger d'autrui).


Tout renseignement, conseil ou toute aide, ne dispense pas celui qui les reçoit ou les utilise d'évaluer les risques auxquels il peut s'exposer suite à son engagement dans la voie.

Et se rappeler que, malgré toute l'attention apportée lors de l'équipement d'une voie en falaise, nul ne peut garantir la fiabilité absolue des points d'ancrage, le risque zéro n'existe pas le croire serait un leurre.

Il faut donc ne pas accorder une confiance excessive dans les amarrages, une règle essentielle est de toujours vérifier l'équipement en place. Dans le doute, chaque grimpeur est tenu de prendre les mesures de prudence qui s'impose, cela en toute circonstance.